Histoires à savourer

L’harmonie à deux

imageL’harmonie à deux se joue comme un violon.

La musique sera divine si l’archet et le violon s’accordent dans un désir et une vibration puissante.

L’abandon du violon dans les bras du musicien… La danse de l’archet sur les cordes vibrantes tendues de désir…

L’inspiration vient autant de l’archet que du violon.

Le lâcher-prise ! Plus de mental ! Que des perceptions…

L’archet sentira la tension de chaque corde, saura détendre, retendre, jouera toutes les gammes que le corps dans ses bras lui inspirera…

Jusqu’où aller ?

Tous les sons sont possibles. Aucun n’est passif, juste l’abandon au jeu, à la joie, à la passion sensuelle… Chaque geste épouse l’envie de l’Autre.

Quel que soit le jeu, le son divin éclatera les molécules et rejoindra la musique des sphères, des planètes reliées selon des proportions musicales (chères à Pythagore).

Nous sommes dans la recherche du plaisir, pas de la performance, trop mentale, trop égotique… Juste la vibration du désir, maître-clé d’une relation.

L’archet échauffe par petites touches les cordes qui se tendent, mobilisant l’énergie : un mouvement en attire un autre, d’autres cordes s’échauffent

La vibration sexuelle sacrée monte et atteint un point de non-retour où l’éclatement a lieu : une voie directe vers la spiritualité.

 

Les religions, pour garder leur pouvoir, ont massacré la sexualité avec des interdits ; des sentiments honteux sur notre chair et sur nos actes persistent dans les limbes embrumés de nos cerveaux, pouvant créer des blocages. Si le mental fonctionne, l’acte authentique est impossible.

Tout est permis si le désir réel s’épanouit. L’interdit peut être stimulant s’il est partagé…

Deux corps d’hommes ou de femmes peuvent jouer du violon et créer leur musique divine si l’harmonie s’accorde dans leur union…

Les sons divins, les organes subtils du corps humain et les forces du cosmos correspondent. Le jeu authentique à la recherche du son vibrant, l’attirance magnétique, les vibrations chimiques, la chaleur, la lumière sont soumises aux mêmes lois que les vibrations sonores[1]

Le corps humain, récepteur de vibrations, peut être considéré comme un axe de fréquence, chaque partie du corps correspondant à une bande de fréquence particulière.

Si l’authenticité de la relation est respectée, les corps atteignent l’harmonie universelle.

 

D’après Gurdjieff : Le corps humain, récepteur de vibration peut être considéré comme un axe de fréquence avec chaque partie du corps correspondant à une bande de fréquence particulière.

On parle d’octave interne, en lien avec le cosmos.

 

A nous de trouver notre musique douce ou « staccato », ou autre, selon nos humeurs.

[1] D’après Gurdjieff, dans « Fragments d’un enseignement inconnu » d’Ouspensky..

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s