Histoires coquines 2 piments

Pour pimenter une soirée

  • img_8730une autre histoire pour pimenter une soirée :

Mon dernier jeu a été de lui dire de mettre un tee-shirt qui ne craint rien et de s’habiller classe au-dessus. Puis, de lui demander que pendant la première demi-heure, il fasse tout ce que je dis. Avouez que c’est excitant, Non ?

 

Donc après un restaurant, enfin seuls… Je me frotte à lui en lui demandant de me déshabiller lentement -bien sûr, la robe dévoilant ma lingerie- puis de m’enlever doucement les bottes à talons, les bas. Oui… Lentement…

Je m’amuse de son application sur le porte-jarretelles… Non, pas le droit de toucher ma peau, c’est moi qui décide !

 

  • Ah ! dit-il, pas habitué.

 

  • Va dans la salle de bain et ne reviens qu’avec ton tee-shirt et les fesses à l’air… Et tu frappes à la porte…

Je m’habille en tenue sexy, une de mes dernières emplettes, je prépare la chambre : bougies, lumière tamisée, musique érotique.

 

  • Oui, tu peux entrer !

Je ne veux pas qu’il ait un rhume avec ses parties dans les courants d’air ! Je lui intime l’ordre de s’allonger sur le dos. Je vois très clairement que le scénario lui plaît.

Ça me fait ronronner et je lui donne un petit coup de patte de chat et petit coup de langue, pas pu me retenir, ce n’était pas dans le scénario… Enfin, pas grave, il ronronne aussi ; Je lui masque les yeux, Il est surpris mais le sourire qu’il affiche me prouve que ça va. Je continue et lui attache les mains et les pieds… Ça a l’air d’aller, son baromètre est au beau fixe, vraiment très beau. Encore un petit coup de langue, je fais du bruit de papier, de chaîne en cherchant mes ciseaux, je sais qu’il écoute et qu’il attend… Et je coupe en silence le bas de son tee-shirt, puis d’un geste ample, je le lui déchire avec un bruit excitant…

Ouah ! Il est essoufflé par une bouffée d’adrénaline.

Je lui chuchote à l’oreille « je continue ou
j’arrête ? » Miam… J’ai son feu vert ! Très tentant de m’assoir sur lui, non, je vais nous faire patienter.

Doucement, je passe mes griffes sur ses jambes en remontant. J’adore voir ses bourses bouger, les tripoter, les lécher, les soupeser, les tirer… Mais doucement, on sait que ces bijoux sont fragiles et très sensibles ! Et là, je repars vers le torse, mordille ses tétons et lui met une pince à linge sur le droit, pour pouvoir sucer le gauche… Il aime ? Bof, ça grince un peu dans son cerveau, attaché et malmené… Des chuchotements à l’oreille : « je continue toujours ? » La main flattant son sexe dressé, je vais plus doucement…

 

  • Tu veux une pause ?

Sans attendre sa réponse, ma bouche entreprend l’élément essentiel de son corps d’homme (c’est vrai que c’est essentiel à ce moment-là) … Je sais que son téton gonfle sous la pince que je touche un peu pour voir la réponse, je sens que c’est limite pour lui, même s’il ne dit rien.

En flattant son corps, je descends pour libérer ses pieds puis ses mains, puis remonte pour enlever la pince. Ouah ! C’est fort quand on la retire… Je m’assois sur lui et lui enlève le bandeau.

 

  • Bonjour, mon chéri, tu as aimé ?

 

  • Oui beaucoup, mais c’est déroutant, je me bats contre ma difficulté à être exposé comme ça, impuissant, à ta merci. C’était fort, très excitant, dit-il en commençant à se mouvoir sous moi…

 

Je garde mon envie d’explorer la porte arrière secrète, peu d’hommes sont préparés à cela, c’était déjà un premier pas.

J’aime pimenter les jeux… Ça stimule notre libido.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s